coffee_cigqrettes_blog

 

Dans sa chanson intitulée Showbiz, Matt Pokora prononce ces quelques mots; Si tu veux me suivre alors put your hands up, si on allait leur faire un pull up, plus féroces que les fauves qui survivent dans la meute aux loups. Bien, étant donné que personne n'a compris et que ça n'a aucun lien avec le reste, nous allons pouvoir continuer. The Bay, aucun rapport avec Michael, est donc le nouveau film du papa de Good Morning Vietnam, un found-footage produit, une fois n'est pas coutume, par les producteurs de Paranormal Activity. The Bay s'attarde sur une colonie de parasites qui se baignent paisiblement dans les eaux de Chesapeake Bay, et qui vont finalement attaquer tout le monde. Mieux que des araignées géantes, mieux qu'une bande d'émos possédés, mieux que des ragondins dévoreurs de quenelles, voici le retour des bactéries mutantes.

 

 

20515094

 


Si on pensait le principe du found-footage épuisé, on attendait certainement qu'un réalisateur confirmé se charge de lui donner un peu de matière, ce que fait plus ou moins Barry Levinson, car contrairement à beaucoup d'autres films du genre celui-ci va rester fidèle à son concept de bout-en-bout sans le laisser pédaler dans le couscous ; on est dans un reportage télé, point (ce qui permet de justifier les différents arrêts sur image, le montage, les voix-off, les interviews et compagnie). Le film va mélanger plusieurs points de vue pour solidifier son récit, car si l'histoire suit son cours de façon plus ou moins linéaire, on aura également le point de vue des scientifiques qui se chargeront d'étuder ces fameuses bactéries et de renforcer la crédibilité de l'ensemble, des habitants de Chesapeake Bay pour lui donner un peu plus de réalisme ou encore du maire irresponsable qui offrira au film un voile de critique sociale et politique pas déplaisant. Les différentes vidéos que l'on nous montre proviennent de téléphones portables, de fibres optiques, de caméra de surveillance, de voitures de police, ou même tout simplement de journalistes en plein reportage. Mais ce qui rend le film efficace ce n'est pas tant ce que l'on voit, c'est le sentiment que tous ces évènements pourraient se produire dans notre réalité - ce qui est plus ou moins le cas.

 

 

20515096

 

 

Oui, mais, il ne suffit pas d'avoir un bon réalisateur et une mise en scène potable pour réussir un film de ce genre, et c'est entre une élection de Miss Crustacé et une autopsie de poisson pourri que le film va montrer ses faiblesses. Ses incohérences, ses placements de caméra pas toujours judicieux sans oublier ces fameux individus qui ne savent absolument pas cadrer (y compris les caméramans professionnels), une voix-off moyennement agréable, une qualité visuelle à peu près digne d'une vidéo I-Phone, des acteurs relativement moyens, un scénario prévisible qui veut en plus mâcher le travail aux spectateurs trop idiots pour comprendre par eux-mêmes et un manque de dynamisme évident qui rend le tout particulièrement soporifique. Si le film se laisse regarder, la plus grosse claque qu'on a envie de lui mettre concernerait plutôt le rapport qualité/prix, car débourser 8 € pour regarder un reportage télé qui n'a strictement aucun intérêt sur grand-écran, c'est trop.
Bref, l'idée est bonne, le scénario est intelligent, bien que pas toujours cohérent, mais l'ensemble ne se démarque pas vraiment de tout ce qu'on a vu auparavant, il remplace simplement son récit par une trame écologique. The Bay mérite un visionnage pour la postérité mais ne vous déplacez pas pour lui (surtout quand on sait que le film est disponible... sur Dailymotion).

 

 

------------------------------------------------------------------------------

 

 

On l'a présenté comme la nouvelle comédie des frères Farrelly (ce qui est faux puisque Bobby n'a pas participé au film), comme la plus impressionnante distribution jamais vue, comme une nouvelle référence de l'humour et j'en passe, mais on vous a menti. On a connu les années de gloire des Farrelly Bros, ce bon vieux temps des Mary à tout prix, Fous d'Irène et autres Dumb & Dumber (dont la suite est en préparation), puis on a senti un début de déclin avec Les Femmes de ses rêves qui ne tenait debout qu'avec la grâce de Ben Stiller et les douces Malin Akerman et Michelle Monaghan. On a plongé dans le bas de gamme avec Bon à Tirer puis on s'est noyé dans l'insupportable avec les Les Trois Corniauds qui arrive à être plus mauvais que le pire des Adam Sandler (bien que ce soit un pléonasme). Aujourd'hui les Bros reviennent donc avec cette nouvelle comédie ; presque quatre ans de tournage, un casting impressionnant, un budget ridicule, des acteurs pas toujours payés et surtout un bide monumental, mais justifié.

 

 

20432744

 


My Movie Project est donc un pot-pourri qui regroupe quelques bonnes vannes, quelques bonnes scènes, beaucoup d'absurde, des acteurs qui n'ont probablement jamais eu un sens de l'auto-dérision aussi développé, mais aussi beaucoup de blagues douteuses et un scénar... pardon, un fil conducteur en carton. Souvent grossier, puisque c'est la grande mode depuis quelques années dans le monde des comiques de bas-étage, le film peine souvent à être autre chose qu'ennuyeux et peine doublement quand il s'agit de nous faire rire. Cela dit, il réussit à varier les thèmes et propose une palette de sketches qui, bien qu'inégaux, trouveront peut-être leur public ; Peut-être qu'un Hugh Jackman avec une paire de couilles sur le menton saura vous rendre la vie plus agréable, à défaut de lui épargner une belle casserole pour le reste de sa carrière ; Peut-être que le duo Naomi Watts/Liev Schreiber vous donnera envie (ou non) d'être un adolescent, car c'est peut-être le sketch le mieux écrit du film ; Peut-être que chi... déféquer sur Anna Faris est plus dans vos cordes, dans ce cas vous aimerez probablement vous imaginer à la place de Chris Pratt ; Peut-être que vous serez ravis de voir une parodie assez géniale d'Apple avec l'iBabe portée par Richard Gere ou encore une pub pour la maltraitance des photocopieurs ; Ou peut-être que vous voudriez voir Emma Stone pleurer, voir Justin Long faire ce qu'il peut avec un mi-costume de Robin face à une Kristen "Supergirl" Bell, voir Chloë "Kick-Ass" Moretz avoir ses règles, voir Johnny Knoxville et Seann William Scott se battre contre un Gerard Butler déguisé en lutin, voir Halle Berry faire du guacamole avec son sein droit ou encore admirer Elizabeth Banks défoncer la tronche du petit chien de Josh Duhamel dans un sketch signé James Gunn. Si vous avez lu ceci, vous comprennez maintenant pourquoi les termes "inégal" et "blague douteuse" se sont glissés dans cette critique.

 

 

20349085

 


Bref, quand on sait que l'équipe n'a pas souhaité faire la promo du film et qu'il n'y a même pas eu d'avant-première pour la presse, alors que c'est quasiment toujours le cas, on comprend rapidement pourquoi. My Movie Project est un film dont on peut se passer, et qui encore une fois ne mérite pas le déplacement.